« La richesse technologique des PME de l’aéronautique peut bénéficier à une large gamme de secteurs de l’économie française »


Un Entretien avec Danielle Poujol, Directrice Générale de Business Success Initiative

N/A

Quels sont les principaux défis auxquels sont confrontées les PME de l’industrie aéronautique ?


Les PME de l’aéronautique et de l’espace sont riches de technologies réellement novatrices. Leur principal défi est celui de l’industrialisation du fruit de leurs recherches et du développement commercial des nouveaux produits et services. C’est une phase très délicate pour laquelle il n’existe pas d’accompagnement et de financement. Notre projet vise à combler cette lacune.


La création de la Business Success Initiative est le fruit d’une démarche originale. De quoi s’agit-il ?


Business Success Initiative (BSI) est une opération pilote qui s’inscrit dans la feuille de route de l’Ere3 des Pôles de Compétitivité. Elle a été initiée par le collège PME/ETI du Pôle Aerospace Valley et labellisée par le GIFAS et l’UIMM. L’objectif est de permettre aux PME ayant développé un projet innovant de passer à la phase de commercialisation dans leur secteur mais aussi dans d’autres activités telles que l’énergie, la santé, le nautisme, les véhicules autonomes, etc.

Autre originalité : une SAS, Business Sucess Initiative, a été constituée avec la participation de 18 PME désignées « membres fondateurs » : elles donnent de leur temps et apportent leur expérience à des PME désirant être accompagnées par ce dispositif. A ce jour, plus de 24 PME supplémentaires sont entrées au capital et suivent le parcours d’accompagnement. C’est un vrai succès.


En quoi consiste votre activité ?


Le projet met en place un dispositif d’accompagnement autour d’une sélection d’experts  sur trois ans. Chaque entreprise bénéficie d’un programme d’action personnalisé dans les domaines suivants : management, finance, juridique, marketing et commercial.

Les experts peuvent ainsi appuyer l’entreprise sur des points précis : la protection de la propriété intellectuelle, la sécurisation des contrats, la définition de la stratégie produit, l’ingénierie financière, le marketing stratégique, le management des projets, la définition du processus commercial, etc. Notre objectif est de réaliser une vraie montée en compétences des PME. Cette approche permet donc de valoriser le potentiel d’innovation et la compétitivité de la filière.

 

Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

Deux sociétés, XL Composites et Hacoma, se sont rapprochées pour la reprise du contrat de production du voilier Albatros, conçu par le groupe Finot, en y associant de nouvelles technologies et méthodes de fabrication garantissant une grande fiabilité/durabilité/solidité, des performances accrues et une bonne recyclabilité par l’utilisation des thermoplastiques. Cette coopération permettra la fabrication de près de deux cents exemplaires par an de l’Albatros. Le tout associant la création de plus de 15 nouveaux emplois en régions et environ 32 emplois indirects.

Pour  la société TDM, Business Sucess Initiative a marketé, démarché, négocié et signé une première vente d’un enregistreur vidéo HD. C’est un début prometteur afin de se soustraire à la sous-traitance habituelle, où le marché a longtemps été interdit aux PME technologiques par manque de masse critique et par manque d’horizon.

 

 


References

World:

Industries:

Best Global Trade Finance Bank, GTR Leaders in Trade 2014

More from HSBC

Back to top